condé


condé

condé [ kɔ̃de ] n. m.
• 1822; o. i., probablt de la même famille que compte
Arg.
1Autorisation officieuse d'exercer une activité illégale accordée par la police, en échange de services. Donner, avoir le condé.
2(1844) Commissaire de police. Les condés. flic.

condé nom masculin (peut-être portugais conde, gouverneur) Argot Autorisation exceptionnelle accordée par la police en contrepartie d'informations. Fonctionnaire de police.

Condé
(Maryse) (née en 1937) écrivain français d'origine guadeloupéenne. Ses romans (Une saison à Rihata, 1981; Ségou, 1984 et 1985; la Colonie du nouveau monde, 1993) ont su renouveler les thèmes traditionnels de la littérature " négro-africaine ".
————————
Condé
(maison de) branche de la maison franç. de Bourbon, issue de Louis Ier de Bourbon, prince de Condé (1530 - 1569), oncle d'Henri IV.

⇒CONDÉ, subst. masc.
Argot
A.— Permission accordée par une autorité. Sur le quai [d'embarquement pour le bagne] peu de civils (...) sauf ceux qui ont le condé (A.-L. DUSSORT, Journal, 1930, ms. dép. par G. Esnault, 1953, p. 4).
P. ext. Il a été bridé du côté de son baron qui y a refusé le condé de s'engager aux zouaves (BRUANT 1901, p. 187).
Spécialement
1. Autorisation accordée généralement par le maire, de donner des représentations, de tenir des jeux de hasard, de vendre, etc. sur la voie publique. Ne pourriez-vous pas demander des permissions de vendre sur la voie publique? — Ah! oui, des condés (LARCH. Nouv. Suppl. 1889, p. 68).
Rem. Attesté ds Lar. 19e-20e.
2. Mod. Autorisation tacite, accordée par la police, d'exercer une activité en marge de la légalité (recel, prostitution, maison de jeux etc.), en échange d'informations :
1. Tous les tauliers de clandé, tous les patrons de course par course, en quête d'un condé pour continuer à flinguer les éconocroques des caves allaient [essayer de renseigner la police]
A. LE BRETON, Du Rififi chez les hommes, 1953, p. 79.
Rem. Attesté ds Lar. encyclop., ROB. Suppl. 1970.
B.— P. méton.
1. [Désigne une pers.]
a) Celui qui peut accorder une autorisation.
Condé ou petit condé. Maire. Demi-condé. Adjoint au maire. Grand-condé. Préfet, préfet de police.
Rem. Attesté ds Lar 19e-20e, GUÉRIN 1892.
Policier (agent de la Sûreté, de la brigade des mœurs, inspecteur, commissaire de police). Depuis une demi-heure qu'ils s'accrochaient au comptoir, les condés, on pouvait se demander pour qui ils étaient là (A. SIMONIN, Touchez pas au grisbi, 1953, p. 16).
Rem. Attesté ds ROB. Suppl. 1970.
b) Celui qui a obtenu une permission :
2. ... une pègre composée d'indicateurs et de condés, c'est-à-dire de repris ou de remis de justice et d'interdits de séjour que la police a entièrement dans sa main.
L. DAUDET, La Police politique, 1934, p. 119.
2. [Désigne la condition ou le moyen utilisé pour obtenir le résultat]
a) Pouvoir. [La fée :] les fées ont tous les condés; et, levant sa bavagavette elle vêtit Cendrillon comme une reine (L. STOLLÉ, Contes, Cendrillon, 1947, p. 1).
b) Moyen habile (légal ou non) d'obtenir de l'argent, d'atteindre un but. Il avait un condé pour se faire des sous (CÉLINE, Mort à crédit, 1936, p. 122) :
3. Sur le quai des marchandises, il avait levé une vraie aubaine... un condé phénoménal! ... Un débarquement d'épicerie! ... Il nous rentrait avec du beurre! ... une motte entière! ... Deux chapelets de saucisses complets! ...
CÉLINE, Mort à crédit, 1936 p. 624.
P. ext. Travail :
4. Les « marquisettes », les grands métrages, toutes les modes d'une saison jolie je les ai transportées sept étages. Un condé vraiment salement tarte.
CÉLINE, Mort à crédit, 1936 p. 164.
3. [Désigne le résultat] Renseignement :
5. Je me renseignais un petit peu auprès des autres potes, les autres pilonneurs de l'endroit, toujours pleins de rencards et de faux condés...
CÉLINE, Mort à crédit, 1936 p. 358.
Rem. Attesté ds ROB. Suppl. 1970.
Prononc. :[]. Étymol. et Hist. 1. a) 1822 « permis » (Suppl. au dict. arg., Mézières ds ESN.); cf. 1841 avoir le condé de faire qqc. (P. JOIGNEAUX, Les Prisons de Paris, p. 162); b) 1929 « renseignement » (ds CHAUTARD Vie, p. 412); 2. a) 1833 Grand Condé « inspecteur général des prisons » (MOREAU-CHRISTOPHE, « Argot » du Dict. de la conversation, p. 61); b) 1844 « maire » (F. VIDOCQ, Les Vrais mystères de Paris, t. 7, p. 6 : le condé de Nanterre [en 1836, un demi-condé l'adjoint au maire, F. VIDOCQ, Les Vrais mystères de Paris, t. 1, p. 86]); c) 1844 « commissaire de police » (Dict. complet de l'arg. employé dans « Les Mystères de Paris », p. 14); 1906 « policier » (Inscription murale à Reims ds ESN. : Mort aux condés). Orig. obsc.; peut-être issu de condé, terme usité aux XVIIe-XVIIIe s. sur les côtes occidentales de l'Afrique, et attesté dans les récits de voyages (1637, A. DE ST LO, Relat. voy. Cap-Verd, p. 136; 1732, BARBOT, A descrip. of coasts of Guinea, trad. fr., p. 43 ds Mél. Wartburg, 1958, p. 216) aux sens de « lieutenant général du roi » et de « vice-roi et général en chef des forces du roi », empr. au port. conde « comte, gouverneur » (du lat. comitem, v. comte); dans cette hyp., le mot véhiculé en France à la faveur des transactions entre Européens et Africains, et isolé de son contexte d'orig., aurait subi une évolution de sens, venant à désigner un maire, un policier (2), d'où « permission [accordée par la police] » et « renseignement [demandé en contrepartie] » (1). Fréq. abs. littér. :23. Bbg. FLUTRE (L. F.). De qq. termes usités aux 17e et 18e s. Mél. Wartburg (W. von). 1958, p. 216. — MAT. Louis-Philippe 1951, p. 107. — SAIN. Arg. 1972 [1907], p. 254. — SAIN. Lang. par. 1920, p. 247.

condé [kɔ̃de] n. m.
ÉTYM. 1822; étym. incert., probablt de la même famille que compte.
Argot.
1 Autorisation officieuse d'exercer une activité illégale accordée par la police en échange de services (communication de renseignements, dénonciations, en général).
1 En échange de tout cela, je vous donnerai le condé.
— Le condé ?
— Oui, ou si vous préférez, l'autorisation formelle de vous livrer à la prostitution, la promesse de vous protéger, de protéger votre julot si vous en avez un, en gros, de vous laisser travailler en paix.
Martin Rolland, la Rouquine, p. 59-60.
(1929). Renseignement sûr. Tuyau.
2 (1844). Commissaire de police, agent de la sûreté. Flic.
2 Que ça fasse un foin terrible dans Montmartre, ces histoires, je voulais bien le croire (…) Les condés, inutile d'en parler. Depuis ce matin, ils se déchaînaient. Ç'avait été descente sur descente dans les hôtels, les tapis (jeux clandestins) et les bars du coin.
Albert Simonin, Touchez pas au grisbi, p. 145.
3 Moyen (souvent illégal) pour obtenir un résultat; travail (Céline, Mort à crédit, passim).

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Conde — Condé Cette page d’homonymie répertorie les différents sujets et articles partageant un même nom. Condé est un toponyme courant issu du mot gaulois condate signifiant affluent ou confluent[1]. Ce mot est aussi utilisé comme anthroponyme, ainsi qu …   Wikipédia en Français

  • Condé — may refer to: Places in France Condé, Indre, in the Indre département Condé en Brie, in the Aisne département Condé Folie, in the Somme département Condé lès Autry, in the Ardennes département Condé lès Herpy, in the Ardennes département Condé… …   Wikipedia

  • Conde — (Spanish: [ˈkonde], Portuguese: [ˈkõdɨ], Galician: [ˈkonde]) is a title of nobility in Spanish, Galician and Portuguese. In English, the title is Count or Earl. The female form is Condesa in Spanish and Galician and Condessa in… …   Wikipedia

  • Condé [2] — Condé, Seitenlinie des Hauses Bourbon, s.d.; Stifter desselben war: 1) Ludwig I. von Bourbon, Prinz von C. (so nach der Herrschaft u. Stadt Conde 1) genannt), Sohn Karls von Bourbon, Herzogs von Vendôme, u. Bruder Antons, Königs von Navarra, geb …   Pierer's Universal-Lexikon

  • Condé — Porté notamment dans le Calvados, désigne celui qui est originaire d une localité appelée Condé, toponyme très fréquent en France (22 communes) issu du gaulois condate (= confluent). Dans le Calvados, on notera les communes de Condé sur Ifs et… …   Noms de famille

  • conde — (Del lat. comes, ĭtis, acompañante, miembro de un séquito). 1. m. Uno de los títulos nobiliarios con que los soberanos hacen merced a ciertas personas. 2. Caudillo, capitán o superior que elegían los gitanos para que los gobernase. 3. Entre los… …   Diccionario de la lengua española

  • Conde — Conde, SD U.S. city in South Dakota Population (2000): 187 Housing Units (2000): 119 Land area (2000): 0.561114 sq. miles (1.453278 sq. km) Water area (2000): 0.000000 sq. miles (0.000000 sq. km) Total area (2000): 0.561114 sq. miles (1.453278 sq …   StarDict's U.S. Gazetteer Places

  • Conde, SD — U.S. city in South Dakota Population (2000): 187 Housing Units (2000): 119 Land area (2000): 0.561114 sq. miles (1.453278 sq. km) Water area (2000): 0.000000 sq. miles (0.000000 sq. km) Total area (2000): 0.561114 sq. miles (1.453278 sq. km) FIPS …   StarDict's U.S. Gazetteer Places

  • conde — conde, desa sustantivo masculino,f. 1. Título nobiliario intermedio entre vizconde y marqués: los condes de Peñaranda. 2. Área: historia Persona que durante la Edad Media estaba al cargo de un territorio: el conde de Castilla sustantivo femenino …   Diccionario Salamanca de la Lengua Española

  • Condé [1] — Condé (spr. Kongdeh), 1) (C. sur l Escaut, spr. C. für Lescoh), Stadt u. Festung 3. Ranges im Arrondissement Valenciennes des französischen Departements Nord am Einfluß der Hesne in die Schelde, unmittelbar an der belgischen Grenze, in einer… …   Pierer's Universal-Lexikon


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.